top of page

Trois questions à Alain Ribat, directeur adjoint de Transilien SNCF Voyageurs

Pour transporter chaque jour 3,4 millions de voyageurs sur 16 lignes de train et de RER, Transilien a lancé, en début d’année, une vaste campagne de recrutement sur ses métiers en tension. Son objectif : recruter les personnels dont l’entreprise a besoin en 2023 et préparer l’avenir, pour rendre le meilleur service possible aux voyageurs. Éclairage d’Alain Ribat, directeur adjoint de Transilien SNCF Voyageurs.



Quels sont vos objectifs de recrutement en 2023 et pour répondre à quels enjeux ?

Avec le 2e réseau ferré le plus fréquenté au monde après Tokyo, nos enjeux 2023 et 2024 sont de taille. Il s’agit pour nous de préparer l’exploitation de l’extension du RER E sur l’ouest parisien et d’assurer le plan de transport renforcé pour les Jeux de Paris 2024, avec une seule ambition : apporter aux voya­geurs une qualité de service tou­jours plus perfor­man­te. Pour ce faire, nous avons lancé, en début d’année, une campagne de recru­tement massive en Île-de-France. Notre objectif : recruter 900 agents parmi lesquels des conductrices et conducteurs de train mais aussi de tram-train, des mécaniciennes et mécaniciens, des électrotechniciennes et électro­techniciens, qui sont les métiers les plus en tension chez nous. J’ajoute que nos métiers sont ouverts à toutes et tous. Au travers de nos recrutements, nous poursuivons notre effort de féminisation dont le taux est aujourd’hui de 30 %.


Dans un marché de l’emploi très compétitif, quels sont les atouts de Transilien SNCF Voyageurs pour attirer des candidats ?

Tous nos postes sont assortis d’un package de rémunérations attractif et les possibilités de parcours et d’évolution de carrière à la SNCF sont multiples, soit au sein du même métier, soit en changeant de métier. S’agissant des conductrices et conducteurs de train ou de tram-train, nous proposons une formation rémunérée. Cela nous permet d’accueillir des candidats venus d’horizons divers, qu’il s’agisse d’un premier emploi ou d’une reconversion en milieu de carrière. Par ailleurs, nous offrons, depuis 2019, une « garantie logement » à tout nouvel embauché en Île-de-France. Cet accompagnement spécifique lui permet de bénéficier d’une solution de logement dans les quatre mois suivant son embauche et dans un rayon de 20 km maximum autour de son lieu de travail. Quand on sait que le Grand Paris du logement reste encore un challenge à relever par tous les acteurs, cet avantage est un atout considérable pour nos futurs agents.


En quoi Transilien SNCF Voyageurs contribue-t-il au développement économique du Grand Paris et, au-delà, de la Région Île-de-France ?

Partenaire historique des territoires en faveur des mobilités, nous le sommes aussi en matière d’emploi. Avec 13 000 salariés et 20 000 emplois indirects, l’emploi local est notre priorité. Ainsi, nous organi­sons des campagnes de recrutement et des job dating au plus près des besoins des lignes. Nous allons aussi dans les établissements scolaires présenter nos métiers pour susciter très tôt des vocations. Les métiers du ferroviaire sont multiples. Et, surtout, ils sont utiles, pour un avenir toujours plus décarboné. C’est très stimulant !


Комментарии


bottom of page