top of page

POUR UNE METROPOLE DU GRAND PARIS ATTRACTIVE ET SOLIDAIRE

La Métropole du Grand Paris réaffirme, par la voix de son président Patrick Ollier, ses ambitions majeures : accompagner les communes dans leurs projets d’aménagement, faire face au défi climatique et à l’enjeu du rééquilibrage territorial, et renforcer le rayonnement du territoire avec, comme fil rouge, l’amélioration du bien-être de ses habitants.



Quels sont pour vous les faits marquants de l’actualité de la Métropole ?

Tout d’abord, je tiens à réaffirmer qu’avec une gouvernance partagée, tous les élus de la Métropole du Grand Paris agissent concrètement chaque jour pour accompagner les maires des communes afin d’améliorer le cadre de vie des habitants, l’attractivité et l’équilibre territorial. Le principe de la Métropole, c’est de parvenir à gérer les problèmes des habitants sur une zone dense continue autour de Paris. Nous voulons une Métropole solidaire et nous la réalisons par la mise en place de dispositifs en faveur des communes, que ce soit en débloquant un fonds de soutien aux villes touchées par les dégradations, à hauteur de 15 millions d’euros, ou en instaurant une Dotation de Solidarité Communautaire (DSC) de 42 millions d’euros, pour aider les communes à faire face aux difficultés liées au prix de l’énergie, à l’inflation et à la baisse des dotations de l’État. En juin 2023, la Métropole a décidé d’abonder à hauteur de près de 110 millions d’euros supplémen­taires les différents fonds d’aide à destination des communes. Afin de recoudre le périmètre métropolitain, la MGP accompagne ses communes dans leurs équipements structurants, dans leurs opérations au titre du Plan vélo, mais aussi dans leurs projets d’innovation. Notre vision du projet métropolitain s’illustre par des engagements forts et collectifs que nous prenons pour l’avenir. Le Schéma de Cohérence Territoriale approuvé lors du Conseil métropolitain de juin 2023 a ainsi remporté 96,3 % d’avis favorables. C’est une étape majeure pour les 15 années à venir qui vient d’être franchie. Le SCoT métropolitain est le premier document de planification stratégique élaboré à une telle échelle. C’est un levier pour rééquilibrer le territoire, développer la biodiversité, fixer des règles de surface d’espaces verts de pleine terre, lutter contre la désimperméabilisation des sols et les îlots de chaleur… Ce travail, que nous avons conduit en lien étroit avec les maires, leur permet de conserver la main sur la vision d’aménagement de leurs communes. Le SCoT métropolitain est l’aboutissement de six années de travail qui nous ont permis de trouver un chemin commun !

Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ?

Notre ambition est de poursuivre et d’amplifier les actions menées par la Métropole du Grand Paris, avec pour objectifs d’améliorer le cadre de vie des habitants, de réduire les inégalités entre les territoires et de développer l’attractivité du périmètre métropolitain. Notre ambition, c’est de développer les actions qui se réalisent au niveau des communes, au plus proche des habitants. Par exemple, avec le programme Centres-Villes Vivants, nous avons, depuis 2018, soutenu financiè­rement 155 projets répartis dans 53 communes pour un montant total de 17,9 millions d’euros. En 2023, nous avons créé la foncière de la Métropole du Grand Paris en faveur des centres-villes, qui s’appuie sur le dispositif de préemption des baux commerciaux. Avec un capital de départ de 25,4 millions d’euros, le pacte des actionnaires de la foncière réunit déjà la Banque des Territoires, le Crédit Agricole Île-de-France, la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Île-de-France, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat d’Île-de-France et la SEMMARIS, marché international de Rungis.

Pour étendre le rayonnement de la Métropole du Grand Paris, nous nous investissons également dans de nouvelles coopérations territoriales, notamment au niveau de l’Axe Seine. Depuis 2021, une nouvelle dynamique a vu le jour sous l’impulsion coordonnée des quatre collectivités fondatrices de « l’entente communale et intercommunale de l’Axe Seine » : la Métropole du Grand Paris, la Ville de Paris, la Métropole Rouen Normandie et la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole. Le 6 décembre 2022, neuf établissements publics de coopération intercommunale ont rejoint les quatre collectivités fondatrices au sein de l’Entente Axe Seine, qui couvre donc désormais la quasi-totalité du territoire de Seine aval du Havre à Paris. Ce nouvel espace de coopération, centré sur les enjeux de transition écologique, accueille des actions concrètes en matière de logistique fluviale urbaine, d’énergies renouvelables ou encore d’attractivité culturelle et touristique dans la perspective des grands rendez-vous de 2023 et 2024. L’Entente Axe Seine constitue une réponse concrète et puissante en matière de décarbonation de l’industrie, de report modal sur le fleuve, d’indépendance énergétique, d’accès aux grandes routes commerciales et de développement du fret. Elle couvre un territoire stratégique qui doit prendre toute sa part dans les investissements industriels et écologiques de la Nation.


Comment la MGP contribue-t-elle au rééquilibrage territorial ?

La Métropole du Grand Paris crée l’essentiel des richesses, mais elle pâtit aussi de fortes inégalités. Le rééquilibrage territorial est donc naturellement une des priorités au cœur de nos actions. Je dis souvent aux départements, aux communautés d’agglomérations ou aux communes qui nous entourent : plutôt que de vous focaliser sur ce que la Métropole pourrait vous prendre, réfléchissez à ce qu’elle pourrait vous donner. Créons une convention stratégique de coopération, mettez sur la table les quatre ou cinq projets qui vous tiennent particulièrement à cœur et voyons comment on peut vous aider à les réaliser, dès lors que ça rentre dans le périmètre de nos compétences. Outre la stratégie fondée sur les documents de planification et de programmation dont nous avons la charge, à l’instar du SCoT, qui fixe des orien­ta­tions stratégiques et visionnaires d’aménagement et des objectifs ambitieux sur les moyen et long termes, nous agissons concrètement via des politiques opérationnelles sectorielles qui permettent de répondre de différentes manières à cet enjeu de rééquilibrage territorial. Je tiens à rappeler que depuis sa création en 2016, la Métropole du Grand Paris a notamment financé, par le biais du Fonds d’Investissement Métropolitain, 1 190 projets dans 127 communes pour un montant de 244 millions d’euros, qui participent directement au rééquilibrage territorial avec près des deux tiers des projets situés dans l’est et au nord de la Métropole et un tiers à l’ouest de Paris.


En quoi les JOP de 2024 vont-ils être un accélérateur de la transition écologique et du développement du sport pour tous au sein de la Métropole ?

Les Jeux sont un formidable accélérateur pour la construction d’infrastructures. En tant que collectivité hôte désignée cheffe de file, la Métropole du Grand Paris accueillera sur son territoire près de 80 % des épreuves. Elle a la responsabilité de coconstruire avec le Comité d’Organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 l’héritage en faveur des Métropolitains. C’est pourquoi, la MGP a construit un dispositif d’actions global au titre des Jeux, destiné à rendre actifs nos 131 communes et plus de 7 millions d’habitants. La Métropole du Grand Paris prend toute sa part pour répondre aux enjeux de santé publique, en développant les infrastructures et équipements sportifs pérennes à hauteur de 112 millions d’euros d’investissement (comprenant la maîtrise d’ouvrage du Centre Aquatique Olympique - CAO et de son franchissement, véritable rue suspendue inaugurée début juin ; la rénovation de piscines à travers notre « plan piscines héritage » ; la création d’un nouveau quartier de ville avec la ZAC Saulnier, dont plusieurs espaces seront dédiés au sport, etc.). En tant que maître d’ouvrage du CAO, la Métropole du Grand Paris réalise un bâtiment exemplaire du point de vue de ses performances environne­men­tales : une construction économe en énergie, en eau et en matière.






Comentários


bottom of page