top of page

PARIS-SACLAY : LE COUP D'ACCÉLÉRATEUR

Alors que le campus urbain commence à prendre définitivement vie, de nouveaux quartiers entrent désormais en phase aménagement : Corbeville sur le plateau de Saclay, mais aussi Satory Ouest à Versailles ou la ZAC des Savoirs à Guyancourt. De quoi renforcer les liens entre les trois communautés d’agglomération concernées sur les deux départements des Yvelines et de l’Essonne.

PAR CATHERINE BERNARD.


Son nom est mondialement renommé : il figure à la 13e position du classement inter­national de Shanghai des universités les plus prestigieuses et est connu de tout ce que le monde compte d’investisseurs en nouvelles technologies. Et pourtant, la petite commune de Saclay, dans l’Essonne, ne recense que quelque 4 300 habitants ! Mais le nom de la bourgade s’est, en une décennie, érigé en concept à l’échelle mondiale.


Réhabilitation de la Halle Piano, naguère propriété de Thales à Guyancourt, sur le territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines.


Sur le campus urbain, qu’aménage depuis plus de 10 ans l’Établissement public d’aménagement de Paris-Saclay (Epaps) avec les collectivités concernées, les derniers grands représentants du monde académique ont désormais pris leurs quartiers : l’impressionnante Ecole normale supé­rieure de Paris Saclay, dessinée par Renzo Piano, a accueilli ses 1 700 étudiants et 300 enseignants chercheurs en septembre 2021. Le campus d’Agro­ParisTech, dessiné par les architectes Marc Mimram et Jean-Baptiste Lacoudre, ouvrira lui ses portes en septembre 2022, tout comme le pôle BPC (biologie-pharmacie-chimie) de l’Université Paris-Saclay.


Les grands centres de recherche privés ne sont pas en reste : côte à côte se construisent ainsi le nouveau centre de recherche de Danone et celui de Servier, qui ouvrira au printemps 2023. En attendant celui promis par LVMH. Bientôt commenceront les travaux du « Central », ce quartier mixte innovant de plus de 60 000 mètres carrés dans le quartier de l’École polytechnique. Désormais, la vie s’installe sur un plateau qui semblait, jusqu’alors, condamné à des travaux permanents : la nouvelle brasserie de la ZAC, située sur la commune de Palaiseau, fait le plein et l’arrivée de familles dans le quartier du Moulon a impulsé l’ouverture de l’école et de commerces de plus en plus nombreux.


Alors que le chantier de la ligne 18 du Grand Paris Express, qui reliera l’aéroport d’Orly à Versailles-­ Chantiers, bat son plein, l’aménage­ment du troisième quartier du plateau a déjà commencé : il s’agit de Corbeville, situé à mi-chemin entre le Moulon et l’École polytechnique. Le futur hôpital de Paris-Saclay et le complexe sportif sont en construction, et les premières consultations pour des logements étudiants et familiaux ont déjà été lancées.


L’aventure commence en territoire yvelinois

Mais l’opération d’intérêt national déborde désor­mais de son périmètre essonnien. À Guyancourt, sur le territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines, le top départ de la réhabilitation de la Halle Piano, naguère propriété de Thales, est lancé. Elle fera l’objet d’un projet d’urbanisme transitoire dès 2024 et constitue le premier jalon du futur quartier des Savoirs qui doit voir le jour dans la ZAC Gare de Guyancourt-Saint-Quentin. À Versailles Grand Parc, sur Satory Ouest, les véhicules de chantier commencent à arriver. Le laboratoire de Mines ParisTech devrait être terminé en 2024, tout comme la construction d’un parking silo et d’un restaurant collectif. Les premières consultations pour la construction de logements seront lancées au 2e semestre 2022. Signe des temps : pour son édition 2022, Paris-Saclay Spring, l’événement dédié à l’innovation, rassemblait cette année en nombre des acteurs venus des territoires yvelinois de Paris-Saclay.


Le campus d’AgroParisTech, dessiné par les architectes Marc Mimram et Jean-Baptiste Lacoudre.


« Nous devons faire de Satory Ouest un quartier exemplaire »

POUR FRANÇOIS DE MAZIÈRES, PRÉSIDENT DE VERSAILLES GRAND PARC (YVELINES), LA CONSTRUCTION DU NOUVEAU QUARTIER DOIT HARMONIEUSEMENT S’INTÉGRER DANS L’EXISTANT.


« À Versailles Grand Parc, l’opération d’intérêt national se traduit notamment par l’aménagement du quartier de Satory Ouest, qui devrait accueillir à terme 4 200 logements. Nous devons en faire un quartier exemplaire du XXIe siècle, mixant activités et logements et sortant de la logique le corbusienne d’orga­nisation par secteurs. Il est important d’inscrire cet aménagement dans le temps et de bien le phaser avec l’arrivée du futur métro, prévue en 2030. Le danger est de construire trop vite, et pas bien. Nous devons également tisser un lien harmonieux entre la ville et les surfaces agricoles toutes proches. C’est pourquoi, nous pensons avec beaucoup de soin l’organisation de cette ZAC. Le quartier baptisé « Lisières » (700 logements) va faire l’objet d’une promotion immobilière dès 2023. Il s’inspire du quartier Vauban à Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne. Un parking silo sera situé à son entrée. La circulation, ensuite, se fera essentiellement à pied ou à vélo. Sans être doctrinaires, il s’agit de repenser le rôle du véhicule particulier pour redonner du calme aux îlots d’habitation. Mais Satory sera aussi un pôle académique, avec l’implantation très prochaine des laboratoires de Mines ParisTech, et un pôle économique et de recherche. D’ores et déjà sont présents l’institut Vedecom, dédié aux nouvelles mobilités, l’université Gustave Eiffel et une piste d’essais, qui doit être reconstruite. »




« Il est nécessaire de tisser des liens entre le plateau et les villes pré-existantes »

PRÉSIDENT DE LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION DE PARIS-SACLAY, GRÉGOIRE DE LASTEYRIE SOULIGNE L’ENJEU D’INTÉGRER LE CLUSTER SCIENTIFIQUE DANS LES VILLES DE LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION.


« C’est une fierté pour notre territoire que le pari de créer un grand pôle d’innovation ait déjà en partie été réussi. L’université de Paris Saclay est la première université européenne au classement de Shanghai et Paris-Saclay est reconnu par le MIT comme l’un des huit pôles mondiaux d’innovation. Nombre d’entreprises font en outre le choix de s’installer sur le plateau. EDF a été pionnier, LVMH comme Intel sont en train de regar­der, sans oublier Servier ou Danone. Un grand chemin a été parcouru en dix ans et je suis sûr qu’un chemin tout aussi important reste à faire dans les prochaines années. L’arrivée du métro est essentielle pour desser­vir ce quartier. Pour les maires, l’enjeu est de tisser des liens entre ce nouveau pôle et nos villes actuelles, qui se trouvent plutôt dans la vallée. Cela suppose de créer de la vie dans ces nouveaux quartiers, de construire les équi­pements publics indispensables, mais aussi de faire en sorte que leurs habitants découvrent les parties plus anciennes des communes, et réci­proquement. À Palaiseau, des commerces sym­pa­thiques commencent à ouvrir sur le plateau et cela contribue à faire venir des habitants. Pour ma part, je propose systé­matiquement aux entreprises qui s’implantent de leur faire faire le tour du territoire. À l’inverse, j’organise régulièrement des visites en car du nou­­veau quartier et, à chaque fois, il fait le plein ! »



« SQY est le cœur écono­mique de Paris-Sacla­y »

JEAN-MICHEL FOURGOUS, PRÉSIDENT DE SQY, SE RÉJOUIT DE VOIR LES LIENS ENTRE LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION QU’IL PRÉSIDE ET LE PLATEAU DE SACLAY S’INTENSIFIER.


« Avec plus de 17 000 entreprises et 5 filières d’excellence (mobilité, sécurité, santé, numérique, smart city), Saint-Quentin-en-Yve­lines est le cœur économique de Paris-Saclay, le 3e bassin de recrutement des cadres et ingénieurs de R&D en Île-de-France. On compte 35 groupes de plus de 500 salariés : Renault, Bouygues, Crédit Agri­cole, Thales,… qui attirent dans leur sillage de nombreuses PME, TPE et start-up qui nourrissent notre stratégie d’innovation. Complété par une offre universitaire large, ce potentiel expli­que notre croissance remarquable en matière d’immobilier d’entreprise avec près de 175 000 m² de transactions en 2021 et 300 000 m² de projets en développement. De très nombreux aménagements témoignent de notre dynamisme : la réhabi­litation de l’hypercentre autour de la gare de Montigny-le-Bretonneux ; la constitution d’un pôle de haute technologie, SQY High Tech, sur les communes de Plaisir, Élancourt, Trappes, Les Clayes-sous-Bois ; la ZAC Gare-Bécannes à La Verrière ; la ZAC de La Remise à Voisins-le-Bretonneux ; enfin, la ZAC du Quartier des Savoirs à Guyancourt. À proximité immédiate du technocentre Renault et de la nouvelle gare du Grand Paris Express, ce quartier, qui pourrait accueillir environ 2 000 logements, est l’un des sites stratégiques de SQY. D’ores et déjà, un accord-cadre de maîtrise d’œuvre vient d’être attribué à un groupement piloté par Carrière Didier Gazeau pour réhabiliter la Halle Piano, naguère occupée par Thales. »



Commenti


bottom of page