top of page

« LES METIERS DE L’IMMOBILIER VIVENT UN MOMENT HISTORIQUE » : Stéphanie Bensimon

Alors qu’elle entame la dernière année de son mandat, Stéphanie Bensimon, présidente du Cercle des femmes de l’immobilier, présente le bilan d’activité de l’année écoulée et les projets à venir de ce club atypique dont l’ADN est de valoriser les femmes du secteur et leur procurer un lieu d’échange et d’entraide dans une ambiance conviviale.

Propos recueillis par Fabienne Proux





Quels ont été les faits marquants de la saison 2022/2023 du Cercle des femmes de l’immobilier ?

L’année écoulée a été très intense et marquée par une reprise soutenue de nos activités et échanges en présentiel après une longue période d’interruption du fait de la crise sanitaire. Le moment phare de la saison a été le dîner de gala du Cercle du 19 octobre au cours duquel nous avons célébré nos 25 années d’existence. À cette occasion, nous avions invité et mis à l’honneur la philosophe de renommée Cynthia Fleury et la fondatrice du Cercle, Joëlle Chauvin. Près de deux cents personnes étaient présentes à cette soirée, seul moment de l’année où nous accueillons des hommes. L’autre fait marquant aura probablement été une nouveauté dans notre calendrier, à savoir « les voyages de l’amitié ».


De quoi s’agit-il ?

Nous avons ressenti le besoin de passer plus de temps ensemble dans un autre cadre que celui de notre quotidien. Aussi, nous avons initié une formule de voyages de deux jours, en commençant par nous rendre à la Maison de Colette à Saint-Sauveur-en-­Puisaye dans l’Yonne. En choisissant une figure féminine, nous souhaitions rendre hommage à tous ses travaux dans sa maison historique.

Le Cercle a par ailleurs poursuivi son cycle de visites de sites immobiliers et participé à des rencontres culturelles dont le vernissage de l’exposition au Sénat d’une de nos membres, la sculptrice Sabine de Courtilles.


Pour quelles raisons maintenez-vous un nombre limité d’adhérentes ?

Le Cercle est avant tout un lieu amical et convivial qui n’a pas vocation à trop grandir pour devenir une grande structure. Nous maintenons volontairement le nombre de membres à une centaine pour garder une certaine proximité et pouvoir représenter des femmes dirigeantes au sein de leur entreprise et métier aux valeurs d’intégrité et d’excellence. Mais nous refusons régulièrement des candidates, car nous nous efforçons aussi d’avoir un équilibre entre les métiers.


Quel premier bilan faites-vous de l’Observatoire de la Charte de la parité dans l’immobilier initiée par le Cercle ?

Le Cercle a en effet été à l’initiative de cette charte, qui a donné lieu à la création, en mars 2022, d’un Obser­va­toire dédié. Celui-ci accompagne le déploiement de la Charte au sein du secteur et en mesure les résultats. Association indépendante, il regroupe des hommes et des femmes sensibilisés par ce sujet. Pour rappel, la Charte a été signée par plus de 120 professionnels de l’immobilier réellement convaincus que l’égalité professionnelle est un facteur de performance pour les organisations et de mieux-être pour tous. Les objectifs de l’Observatoire sont de promouvoir la Charte auprès des acteurs de l’immobilier et des secteurs adjacents, d’assurer un suivi de leurs engagements, de dresser un bilan régulier des actions menées et d’identifier les freins. La présentation des résultats de la première étude sur la parité en partenariat avec IEIF a eu lieu le 10 février 2023 et a rencontré un franc succès.


Quels résultats a révélé cette première étude ?

Si nous constatons des évolutions et des progrès notables, beaucoup de travail reste à faire en matière d’égalité professionnelle, notamment sur la question des salaires et de l’avancement dans la hiérarchie. Il est en revanche satisfaisant de constater que davan­tage de jeunes sont attirés par nos métiers, dont des femmes. Tout l’intérêt de la démarche consiste aussi à mettre en avant les meilleures pratiques et des parcours exemplaires de femmes dirigeantes et influentes. Le « Cercle complice », accessible aux jeunes professionnelles, contribue également à accroître notre visibilité et influencer les plus jeunes par l’exemple.


Quel est votre programme d’activités pour l’année 2023/2024 ?

Le dîner de gala devrait avoir lieu un peu plus tard dans l’année. La saison 2023/2024 sera dédiée à la poursuite des orientations qui me tiennent à cœur, telles l’ouverture sur le monde de l’art et la mise en œuvre de l’Observatoire de la Charte de la parité. Mais la vraie pertinence du Cercle est d’être dans l’échange, la solidarité et de mener des actions pour accroître la visibilité des femmes du secteur de l’immobilier.


Les tensions sur le secteur de l’immobilier impactent-elles l’activité du Cercle ?

Ce contexte tendu crée un climat d’incertitudes qui nécessite d’être encore plus présentes auprès de nos adhérentes pour faire davantage preuve de solidarité. Les échanges entre nous sont essentiels dans les phases de difficulté comme l’avait révélé la période post-Covid. Une chose est sûre en revan­che, les métiers de l’immobilier vivent un moment historique qui va les contraindre à évoluer.

Comentarios


bottom of page